De la difficulté de trouver un t-shirt blanc correct

Alors je voudrais partager ma désespérance de pouvoir trouver un t-shirt blanc mettable. C’est-à-dire non transparent. Surtout en été (où les t-shirts s’affinent, cf mon post sur la différence entre les t-shirts d’été et d’hiver), période pendant laquelle un t-shirt blanc est un indispensable. Je ne sais pas, je dois être maudite du t-shirt blanc (comme le t-shirt gris en fait), mais je n’en trouve pas où on ne voit pas l’ombre de mon nombril et les dessins de mon soutien-gorge quand je le porte. Quand j’ai de la chance, un soutien-gorge couleur chair passe inaperçu. Où vous les trouvez vous vos t-shirts-blancs- non-transparents ? Des suggestions de marque ?

L’éternel dilemme du vernis à ongles

Le ciel pollué de Santiago du Chili
Le ciel pollué de Santiago du Chili

Après la question du maquillage, le dilemme du vernis à ongles (rien que ça !). C’est encore plus fort pour moi car, autant je ne suis pas très maquillage, autant j’adore ! me mettre du vernis à ongles. Mais alors là niveau galère en voyage, on atteint le comble. Déjà il faut l’emmener. C’est du liquide donc il faut faire attention à ce qu’il n’explose pas dans la valise, ou il faut le mettre dans un petit sachet en plastique si on le prend en bagage à main. Ensuite il faut le mettre. Ça prend du temps (beaucoup), qu’on n’a pas forcément en voyage. En plus, personnellement pour ne pas me retrouver avec des ongles jaunes, je pose d’abord une couche de vernis transparent avant la couleur. Plus une après pour le garder plus longtemps. En gros ça donne couche de vernis transparent, couche de vernis de couleur, deuxième couche de vernis de couleur, deuxième couche de vernis transparent. Et il faut bien sûr attendre que ça sèche entre chaque passage. Ahah. Et puis au bout de deux jours il faut tout enlever parce qu’il commence déjà à s’écailler (ou alors en remettre une couche mais on dépasse rarement quelques jours de vie de vernis de toute façon). Ça veut dire qu’il faut aussi prendre du coton et une bouteille de dissolvant. Et là on revient sur les mêmes problèmes que le maquillage. La bouteille de liquide. Quelle quantité de cotons. Beaucoup de contraintes pour quelque chose de non indispensable, et en même temps c’est tellement joli ! Je ne l’ai encore jamais fait, d’emmener du vernis en voyage, mais j’ai des envies d’aventure et de changement (oh oui) et vu que je révise mes habitudes maquillagesques, pourquoi pas celles verniagesques. Y en a-t-il parmi vous qui voyagent en mettant du vernis ? C’est quoi vos conseils ? Je pensais prendre un vernis transparent (pour la sous couche), un vernis pailleté (pour le quotidien) (c’est moins voyant et plus facile à entretenir), et un coloré (pour quand je veux me la jouer un peu plus). Votre avis ?

L’indispensable foulard

Peinture murale en Inde
Peinture murale en Inde

Ah le foulard ! Le meilleur ami de voyage, le compagnon idéal, La Pièce à n’oublier sous aucun prétexte. Tellement d’utilisations différentes et tellement peu de place dans la valise. Il peut servir d’écharpe s’il fait froid ou pour accessoiriser une tenue ; de châle pour le soir ou protéger ses épaules du soleil ; de turban pour protéger sa tête du soleil ; de paréo à la plage ; d’oreiller pour dormir dans les transports ; de serviette de plage comme de bain ; et je suis sûre que j’en oublie. Un seul conseil pour le choisir : que la couleur aille avec toutes les utilisations que vous souhaitez en faire. Des fois en avoir deux ou trois peut aider si vous partez sur un plus long séjour. En tout cas, je crois que c’est la seule pièce que je prends systématiquement quelquesoit la destination où je vais, froide ou chaud, courte ou longue. Des utilisations du foulard que j’aurais oubliées ?