Ma valise à Cuba, et ce que je referai différemment

Gros Morne, Haïti (ouai encore, c'est la série...) (oui je sais j'aurais pu mettre un photo de Cuba) (mais non)
Gros Morne, Haïti (ouai encore, c’est la série…) (oui je sais j’aurais pu mettre un photo de Cuba)

Je suis allée à Cuba en partant d’Haïti. Mon choix de fringues était donc… limité. D’un autre côté, il était forcément adapté vu que c’est le même climat (gros avantage). J’ai donc globalement pris les mêmes fringues que je mets à Gros Morne, avec deux t-shirts sans manches (que je ne mets jamais ici) (à cause du soleil sur mes épaules) pour les soirées (oui j’avais prévu de faire plus de soirées qu’ici) (ici c’est plutôt égal à… 0 !), 6 t-shirts à manches courtes (pour la journée), 2 jupes (une noire qui faisait un peu plus habillée et une bariolée pour la journée), 1 short, 1 pantalon léger (on ne sait jamais, si j’avais besoin de couvrir mes jambes), 1 robe (pour sortir le soir), 1 chemise légère (au cas où il faisait un peu froid le soir), 1 maillot de bain, 10 culottes, 3 paires de chaussettes, 5 soutien-gorge (avec cette chaleur, je changeais tous les un ou deux jours), 1 foulard (pour me couvrir dans les bus, me couvrir la tête en cas de soleil, aller à la plage, etc.), 1 serviette légère (au cas où il n’y en avait pas dans les casas et pour la plage), 1 paire de sandales pour marcher (=moche), 1 paire de claquettes qui font plus habillée (autant que des claquettes peuvent faire habillé bien sûr), une paire de baskets pour les quelques randos qu’on avait prévu (on n’en a finalement fait qu’une mais ça aurait été compliqué en sandales). Au final j’ai mis toutes mes fringues (victoire !), mais voici ce que je referais différemment : je prendrais plus de tenues pour les soirées, parce que bah j’en ai fait plus que ce que je pensais ; je ferais attention que mes affaires s’accordent, autant en Haïti je m’en fiche d’être mal habillée, autant à Cuba des fois j’avais honte (c’est d’ailleurs une des raisons qui m’ont convaincue d’ouvrir ce blog, je me suis dit que je ne pouvais pas refaire un voyage comme ça !) avec mes fringues dépareillées ; je ne prendrais pas de serviette, il y en avait dans toutes les casas, et le foulard aurait pu me servir de serviette de plage ; je prendrais une paire de sandales plus habillée pour le soir parce que essayez de danser la salsa en tong… ; je prendrais un short en plus. Voilà je crois avoir fait le tour, n’hésitez pas à me demander si vous avez besoin de précisions.

Advertisements

Comment je m’habille en Haïti

Re Gros-Morne, Haïti
Re Gros-Morne, Haïti

Même si la probabilité que vous alliez dans les mêmes pays, régions que moi et à la même époque en plus est plutôt faible, autant vous faire partager mon expérience, afin que vous ne reproduisiez pas les mêmes erreurs modales que moi, si par hasard vous suiviez mon chemin. Petite mise en contexte, j’habite dans une ville moyenne d’Haïti, éloignée de Port-au-Prince, avec très peu d’expats et encore moins de personnes financièrement et fashionistiquement aisées. Mes suggestions porteront donc sur mon expérience, et sachez qu’on ne s’habille pas de la même façon ici et à Port-au-Prince. Je suis allée à une ou deux soirées dans la capitale, avec mes fringues habituelles donc, eh ben je peux vous dire que je me suis sentie en décalage. Plutôt en mode plouc (non pas touristos cette fois) de campagne.
Ceci étant dit, si vous venez en Haïti, prenez… des jupes !! Jupes, robes, courtes, longues, avec fleurs, sombres, tout fonctionne ! Quasiment toutes les filles en portent, vous verrez peu de shorts (mais ça passe aussi) et quelques pantalons (mais il faut pouvoir les supporter). Le must ? Les t-shirts publicitaires ou d’événements. Tout le monde en porte (ça permet de recycler un paquet de t-shirts si comme moi vous les avez accumulés au fil des années) ! Ajoutez un foulard dans les cheveux pour se protéger de la poussière (moi je m’en sers plutôt contre le soleil). Le tout dans n’importe quelle couleur, que ça s’accorde ou non. Et voilà ! Je vais vous dire, c’est vraiment reposant stylistiquement parlant. Bon ne rêvez pas, ça ne suffira pas à vous fondre dans la masse, votre couleur de peau claire, votre nez pointu ou vos cheveux lisses vous trahiront toujours. Au final, les haïtiens portent les mêmes fringues que les occidentaux, vu que les affaires données aux bonnes œuvres atterrissent pour la plupart sur leurs marchés. J’ajouterai qu’ici il fait chaud, voire très chaud, prenez donc les vêtements les plus légers que vous pouvez (les jupes sont pratiques pour ça). Un gilet léger peut être utile pour certains soirs d’hiver, le vent souffle. Un pantalon léger aussi, si vous êtes vraiment frileuse. Ah oui et surtout prenez des bonnes chaussures !! Les routes ici sont plutôt défoncées (à part dans les quartiers chics de Port au Prince, et peut-être des autres grandes villes), j’ai bousillé plusieurs paires en quelques mois seulement en marchant constamment sur des cailloux.
Si vous venez pour travailler, une jupe droite et un peu classe avec une chemise manche courte devrait faire l’affaire, selon le degré de sophistication de vos interlocuteurs bien sûr.
J’espère que j’ai pu éclairer quelques personnes !

Comment s’habiller dans le nord de la Grèce

Prespa justement, en Grèce.
Prespa justement, en Grèce. Ahlala, c’est beau !

Ah la Grèce, que de bons souvenirs ! Le tzatziki, les panigiri, le tsiporo… et le froid ! Oui j’ai réussi à atterrir pour six mois dans le seul coin de Grèce où il ne fait pas chaud tout au long de l’année : Prespa, deux lacs coincés entre des montagnes et trois pays. Magnifique région rurale, habitants accueillants, que demande le peuple ?
Niveau température, j’ai eu le droit à des +30°C comme des -15°C. Ok, en vrai plus de -5°C que le reste. Alors comment je m’habillais ? Un jean, toujours, avec un legging épais en dessous s’il faisait vraiment froid. Des chaussettes (ahah) et des chaussures en cuir genre bottines, pas spécialement adaptées au froid (je les aurais mises en France tout pareil). Bon j’avoue que les jours de très grand froid ou de neige, je sortais les chaussures de rando. En haut, un t-shirt manches courtes (ou débardeur), un t-shirt manches longues, un pull fin (en laine si possible) et un pull ou sweat plus épais. Plus manteau de ski, écharpe-gants-bonnet of course. C’est sûr que ce n’était pas un style des plus glamour, mais en même temps ça allait avec l’ambiance du coin. Disons que des talons aiguilles ou trop de maquillage dénotaient un peu dans ce coin reculé. En tout cas, avec ça j’étais parée contre le froid, par contre je ne vous raconte pas la galère quand on arrivait au bar et qu’il fallait enlever toutes les couches… Voilà ma technique pour parer au froid, enfiler les couches, ce qui permet également d’en enlever si les températures augmentent. Par contre ça prend beaucoup de place dans une valise… Vous avez d’autres techniques vous, des fringues du tonnerre qui repoussent le froid ?