Se protéger du soleil : le chapeau de paille

Les vélos d'Amsterdam
Les vélos d’Amsterdam

Alors en ce moment pour protéger ma tête du soleil, je me noue un foulard sur le crâne. C’est comme ça que toutes les femmes font en Haïti donc ça passe inaperçu. Mais ce n’est pas exactement passe-partout dans les autres pays, et puis pas vraiment seyant non plus. Sans compter que ça ne protège pas le visage du soleil. Récemment je me suis donc penchée sur les chapeaux de paille. Généralement pas très chers, on en trouve partout, et ils sont souvent avec des grands bords permettant de bien protéger son visage également. Mais je n’ai pas réussi à trouver une forme sympa. Enfin j’entends, une forme sympa avec des bords assez longs pour se protéger le visage du soleil. Les modèles que j’ai vu font généralement touristos. Egalement, beaucoup de formes ne laissent pas d’espace au-dessus du crâne, condition sine qua none pour que l’air circule et que le chapeau ne tienne pas trop chaud. Et surtout la grande question : comment on fait pour le trimballer dans la valise, parce que ça prend généralement beaucoup de place ! Dans mon village d’Haïti, on peut trouver quelques chapeaux de paille. Je n’en ai pas trouvé de la forme qui me convienne, mais j’en ai acheté un tressé assez finement, ce qui le rend facile à plier pour le rentrer dans un sac à dos. Il reprend plus ou moins sa forme ensuite mais il reste bien sûr un peu déformé. Je ne pense pas qu’il puisse tenir plus de quelques mois comme ça. C’est pour ça que mon conseil serait d’en prendre un vraiment pas cher, et de la laisser derrière vous à la fin de votre voyage/quand vous changez de destination. Les chapeaux pour se protéger du soleil existent partout où il y a du soleil, et en plus vous serez conforme à la mode locale.

Advertisements

La robe parfaite ?

Petit gnome de Wroclaw, Pologne
Petit gnome de Wroclaw, Pologne

Bien bien bien. Je pensais avoir trouvé la robe parfaite. Je préparais déjà le post dans ma tête vous ventant tous les mérites de celle-ci. Mais j’ai eu l’intelligence d’attendre un peu et de la mettre plusieurs fois avant, pour voir… Bon déjà que je vous la décrive. Sur le papier elle a tous les attributs nécessaires à une robe d’été. En coton, manches couvrant les épaules (mais pas les bras), lâche sur le buste, un élastique serrant la taille (pratique si on grossit un peu) (oui ça m’arrive souvent quand je change de pays et donc d’alimentation), longueur au-dessus des genoux (bizarrement, en dessous je n’arrive vraiment pas à m’y faire…), et adaptée à la fois pour la journée et pour un soir informel. Et elle m’allait bien. Perfect donc. Sauf que. Le tissage du coton est un poil épais (pour les températures des Caraïbes j’entends). Sa forme évasée fait qu’elle ne tient pas vraiment chaud (le vent circule bien) mais je pense qu’elle aurait été encore plus agréable en étant plus fine. Et elle fait également des plis. Mais ça par contre, je veux bien que quelqu’un me dise quelle matière ne fait pas de plis sur une robe ! Vous savez, les plis bien profonds qui se forment à l’arrière de la robe quand vous vous asseyiez. Je me suis également rendue compte qu’elle ne faisait quand même pas si habillé que ça. Alors oui ça passe pour une soirée dansante à Cuba (ça montre que quand même j’ai fait un effort), mais pas pour un resto chic. Vous me direz, je ne fais pas vraiment de restos chics quand je voyage. Enfin last but not least, la longueur est un poil trop courte pour ma convenance. A Paris ou dans n’importe quelle grande ville occidentale je n’aurais aucun problème avec ça, mais en voyage c’est moins pratique, et quand on ne connaît pas les acceptances modales du pays, c’est déconseillé. Je suis donc en train de chercher une matière plus légère qui ne plierait pas et je demanderai à un couturier de me refaire la même, avec un poil plus de longueur en bas (oui c’est l’avantage à Haïti, faire des fringues sur mesure ne coûte pas cher !). Mais bon, j’adore quand même cette robe !!

Comment rester sans poil en voyage ?

Fenêtre sur le Taj Mahal, Inde
Fenêtre sur le Taj Mahal, Inde

Ahlala cette question épineuse des poils en voyage. Je ne suis personnellement pas de celles qui peuvent les laisser pousser en toute impunité et s’en ficher. J’ai été trop endoctrinée là-dedans. Même ici, en Haïti, où quasi personne ne s’épile, ben je le fais quand même… Bon sous les bras, je me dis que c’est quand même mieux pour moins transpirer et moins sentir. Mais les jambes ?! Pourquoi je continue à me torturer, mes poils ne choquent personne ! Alors comment je gère mes poils ? J’ai acheté il y a plusieurs années un épilateur électrique, et je peux vous dire que ça m’a changé la vie ! Je ne l’utilisais d’abord que pour les jambes, mais maintenant je le fais pour les aisselles aussi (oui au début ça fait (très) mal mais après on s’habitue). Alors certes l’épilation est rarement parfaite (ou alors il faut de la méga patience et des yeux de lynx), mais si on la fait tous les 3-4 jours, ça reste correcte. Il faut par contre y consacrer un peu de temps (1/2h tous les 3-4 jours en moyenne), et quand on est en voyage à essayer de tout voir dans les quelques jours qu’on a, bah c’est chiant. Non, je n’ai pas trouvé d’autre solution que de ralentir votre voyage pour prendre en compte le temps d’épilation ! Autre avantage, une fois l’investissement fait, c’est gratuit !! Bon par contre ça pèse lourd, et ça ce n’est pas top quand on essaie de voyager léger. Et puis il faut un adaptateur, mais surtout de l’électricité ! Ce qui est un problème dans certains pays, comme Haïti. Moi je suis conquise parce que je peux faire les jambes et les aisselles avec, et que je n’ai pas besoin de retrouver le produit sur place si je reste longtemps dans un pays. Pour le maillot par contre, je suis trop douillette. En France, je le fais moi-même à la cire chaude (ouiiii ça tire un peu mais bon. On s’habitue). Mais sachant que ça se chauffe au micro-onde et qu’il vaut mieux être dans un endroit un peu tranquille pour le faire… c’est pas la meilleure technique en voyage. Du coup, j’utilise une crème dépilatoire. J’en prends un tube plein et ça me dure généralement suffisamment longtemps, vu que je ne l’utilise que pour ça. Bon ce n’est pas idéal non plus parce qu’il faut avoir un coin à soi pendant au moins 15 min et que juste une douche ce n’est pas pratique. Je pensais essayer les crèmes à utiliser sous la douche justement, vous l’avez fait? Ça donne quoi ? Enfin je n’ai pour le moment pas trouvé meilleure alternative vu que vraiment, le rasoir ce n’est pas possible (ça ne fait pas net et ça gratte après !). Bien sûr, l’idéal est l’épilation au laser, de plus en plus de femmes s’y mettent, et ça a l’air vraiment pas mal d’après les retours qui en sont fait. Seul défaut pour moi : il faut espacer les séances sur une année environ, et je ne reste jamais assez longtemps en France pour le faire… Vous en pensez quoi vous ? Vous faites comment pour rester sans poil en voyage ?

La jupe : élément indispensable des fortes chaleurs

Les fameux cygnes d'Amsterdam !
Les fameux cygnes d’Amsterdam !

J’ai découvert l’intérêt de la jupe ici en Haïti. Comme je vous le disais dans un autre post, tout le monde en porte ici (enfin tout le monde… les femmes quoi. Faut pas rêver c’est pas si révolutionnaire), c’est l’élément indispensable de la garde-robe. Bien sûr, moi je n’étais venu avec aucune. Plutôt pas pratique (tu me pas t’asseoir n’importe comment) et tu attires souvent des regards dont tu te passerais, je ne prends d’habitude aucune jupe dans mes valises. Quelle erreur ! C’est TELLEMENT plus agréable quand il fait chaud ! Ça fait ventilateur intégré, et permet d’avoir nettement moins chaud que les shorts. Alors oui, il y a toujours le problème de ne pas pouvoir s’assoir comme on veut. Et à moins de mettre en short en dessous, je ne vois pas bien comment faire (mais alors là on frôle la débilité vu que l’intérêt était d’avoir moins chaud). Et vous, vous pensez quoi des jupes lors de fortes chaleurs ?

Pourquoi mes photos n’ont rien à voir avec le sujet du post

Parce que je ne sais pas prendre des fringues en photo. Si on va par-là, je ne sais rien prendre en photo. D’ailleurs la plupart des photos ne sont pas les miennes mais celles d’amis qui me les ont gentiment données (salut les gars et merci !).

Ma valise à Cuba, et ce que je referai différemment

Gros Morne, Haïti (ouai encore, c'est la série...) (oui je sais j'aurais pu mettre un photo de Cuba) (mais non)
Gros Morne, Haïti (ouai encore, c’est la série…) (oui je sais j’aurais pu mettre un photo de Cuba)

Je suis allée à Cuba en partant d’Haïti. Mon choix de fringues était donc… limité. D’un autre côté, il était forcément adapté vu que c’est le même climat (gros avantage). J’ai donc globalement pris les mêmes fringues que je mets à Gros Morne, avec deux t-shirts sans manches (que je ne mets jamais ici) (à cause du soleil sur mes épaules) pour les soirées (oui j’avais prévu de faire plus de soirées qu’ici) (ici c’est plutôt égal à… 0 !), 6 t-shirts à manches courtes (pour la journée), 2 jupes (une noire qui faisait un peu plus habillée et une bariolée pour la journée), 1 short, 1 pantalon léger (on ne sait jamais, si j’avais besoin de couvrir mes jambes), 1 robe (pour sortir le soir), 1 chemise légère (au cas où il faisait un peu froid le soir), 1 maillot de bain, 10 culottes, 3 paires de chaussettes, 5 soutien-gorge (avec cette chaleur, je changeais tous les un ou deux jours), 1 foulard (pour me couvrir dans les bus, me couvrir la tête en cas de soleil, aller à la plage, etc.), 1 serviette légère (au cas où il n’y en avait pas dans les casas et pour la plage), 1 paire de sandales pour marcher (=moche), 1 paire de claquettes qui font plus habillée (autant que des claquettes peuvent faire habillé bien sûr), une paire de baskets pour les quelques randos qu’on avait prévu (on n’en a finalement fait qu’une mais ça aurait été compliqué en sandales). Au final j’ai mis toutes mes fringues (victoire !), mais voici ce que je referais différemment : je prendrais plus de tenues pour les soirées, parce que bah j’en ai fait plus que ce que je pensais ; je ferais attention que mes affaires s’accordent, autant en Haïti je m’en fiche d’être mal habillée, autant à Cuba des fois j’avais honte (c’est d’ailleurs une des raisons qui m’ont convaincue d’ouvrir ce blog, je me suis dit que je ne pouvais pas refaire un voyage comme ça !) avec mes fringues dépareillées ; je ne prendrais pas de serviette, il y en avait dans toutes les casas, et le foulard aurait pu me servir de serviette de plage ; je prendrais une paire de sandales plus habillée pour le soir parce que essayez de danser la salsa en tong… ; je prendrais un short en plus. Voilà je crois avoir fait le tour, n’hésitez pas à me demander si vous avez besoin de précisions.

Comment je m’habille en Haïti

Re Gros-Morne, Haïti
Re Gros-Morne, Haïti

Même si la probabilité que vous alliez dans les mêmes pays, régions que moi et à la même époque en plus est plutôt faible, autant vous faire partager mon expérience, afin que vous ne reproduisiez pas les mêmes erreurs modales que moi, si par hasard vous suiviez mon chemin. Petite mise en contexte, j’habite dans une ville moyenne d’Haïti, éloignée de Port-au-Prince, avec très peu d’expats et encore moins de personnes financièrement et fashionistiquement aisées. Mes suggestions porteront donc sur mon expérience, et sachez qu’on ne s’habille pas de la même façon ici et à Port-au-Prince. Je suis allée à une ou deux soirées dans la capitale, avec mes fringues habituelles donc, eh ben je peux vous dire que je me suis sentie en décalage. Plutôt en mode plouc (non pas touristos cette fois) de campagne.
Ceci étant dit, si vous venez en Haïti, prenez… des jupes !! Jupes, robes, courtes, longues, avec fleurs, sombres, tout fonctionne ! Quasiment toutes les filles en portent, vous verrez peu de shorts (mais ça passe aussi) et quelques pantalons (mais il faut pouvoir les supporter). Le must ? Les t-shirts publicitaires ou d’événements. Tout le monde en porte (ça permet de recycler un paquet de t-shirts si comme moi vous les avez accumulés au fil des années) ! Ajoutez un foulard dans les cheveux pour se protéger de la poussière (moi je m’en sers plutôt contre le soleil). Le tout dans n’importe quelle couleur, que ça s’accorde ou non. Et voilà ! Je vais vous dire, c’est vraiment reposant stylistiquement parlant. Bon ne rêvez pas, ça ne suffira pas à vous fondre dans la masse, votre couleur de peau claire, votre nez pointu ou vos cheveux lisses vous trahiront toujours. Au final, les haïtiens portent les mêmes fringues que les occidentaux, vu que les affaires données aux bonnes œuvres atterrissent pour la plupart sur leurs marchés. J’ajouterai qu’ici il fait chaud, voire très chaud, prenez donc les vêtements les plus légers que vous pouvez (les jupes sont pratiques pour ça). Un gilet léger peut être utile pour certains soirs d’hiver, le vent souffle. Un pantalon léger aussi, si vous êtes vraiment frileuse. Ah oui et surtout prenez des bonnes chaussures !! Les routes ici sont plutôt défoncées (à part dans les quartiers chics de Port au Prince, et peut-être des autres grandes villes), j’ai bousillé plusieurs paires en quelques mois seulement en marchant constamment sur des cailloux.
Si vous venez pour travailler, une jupe droite et un peu classe avec une chemise manche courte devrait faire l’affaire, selon le degré de sophistication de vos interlocuteurs bien sûr.
J’espère que j’ai pu éclairer quelques personnes !